Retour à l'accueil
Retour à l'accueilAccèsPèlerinage à TrêvesProcession de 9 lieuesSt MaximinMagnac LavalContact
 

- Vous êtes ici : Saint Maximin

 

Saint Maximin est né à la fin du IIIe siècle. La tradition fixe son lieu de naissance à Mouterre Silly dans le Poitou, au sein d'une famille de la vieille aristocratie sénatoriale. Il reçoit les bases de l'érudition et très vite quitte le Poitou pour Trêves, attiré par la réputation de son évêque Agritius.

Vers 330 à la mort d'Agritius, Maximin est élu évêque de Trêves. A ce titre, il compte parmi les premiers grands évêques de l’Église impériale. Évêque de Trêves, capitale impériale où séjournaient régulièrement l’empereur Constantin et ses successeurs immédiats, Maximin occupa donc un rang éminent au sein de cette Église et fut un personnage de premier plan.
Il mourut au plus tard au début de l’an 347, car à cette date, Paulin, son successeur sur le siège de Trèves prend ses fonctions.
La tradition le fait mourir sur ses terres du Poitou où il serait venu rendre visite à sa famille. C’est cette sépulture qui serait à l’origine de l’église de Mouterre Silly.

C’est là que prend place un épisode que l’on trouve analogue dans l’histoire de saint Martin. Les gens de Trêves, désireux que leur évêque repose dans leur cité viennent chercher son corps pour le transporter à Trêves. Mais les poitevins désirent garder chez eux la sépulture d’un personnage aussi insigne. Une nuit les trévirins le soustraient à l’attention des poitevins et prennent le chemin de Trêves. S’étant aperçus de la supercherie, les poitevins partent à leur poursuite et il faut les foudres du Ciel, semble t il à Magnac Laval, pour les départager : la sanction divine est tombée, c’est à Trêves que Maximin reposera.
Il est enterré dans une nécropole au nord est de la cité de Trèves, dans un sarcophage reposant dans une crypte. Un culte important va très vite se développer sur sa tombe. Il sera abrité et assuré par l’abbaye qui va être édifiée sur son tombeau. C’est notamment dans cette abbaye que va être élaborée au cours des siècles la tradition hagiographique de Maximin.

Au delà des détails légendaires et pittoresques qui se sont ajoutés à la vérité historique, il faut souligner le très grand intérêt du témoignage que nous livre saint Jérôme dans ses chroniques : un témoignage contemporain, direct, presque journalistique pourrait-on dire, et qui se trouve donc au plus près des faits et de la réalité du personnage.
Pour l’année 343, il note que " Maximin, évêque de Trèves, est très célèbre car il avait, avec beaucoup d’honneur, reçu Athanase, évêque d’Alexandrie, quand celui-ci était poursuivi par Constance".
Ce témoignage, et d’autres faits avérés mettent d’abord en valeur l'importance du personnage et sa renommée qui s’étendait sur tout l’empire romain de Trêves à Jérusalem en passant par Constantinople et Alexandrie.
L’autre trait du personnage qui ressort est sa droiture morale et théologique. Ce sont ces traits de caractère qui ont marqué ses contemporains, et ont constitué les ferments de son culte.

Cette rigueur morale et théologique lui fait prendre partie pour l'orthodoxie chrétienne et s’opposer à l'Arianisme; doctrine ne reconnaissant pas la divinité du Christ. Il apparaît alors comme un fervent défenseur de la foi chrétienne, tenant tête aux évêque ariens ainsi qu’à l’empereur, favorable à cette orientation de la foi

Dans ce contexte il accueille Athanase évêque d'Alexandrie et Paul évêque de Constantinople, chassés de leurs sièges épiscopales par les ariens, soutenus par l'empereur Constantin le jeune.


Le culte de St Maximin à Magnac-Laval

Les témoignages de son culte en Limousin sont anciens. On sait notamment qu’au milieu du VIe siècle, un noble, Yrieix, riche propriétaire dans le sud du Limousin, fut un grand fondateur d’églises sur ses domaines, un pèlerin et un grand amateur de reliques. Il possédait des reliques de saint Maximin. 


Maximin figure également dans les plus anciens calendriers liturgiques du diocèse de Limoges où il est fêté le 29 mai.

Eglise de Mouter Silly en Poitou
  Sarcophage de saint Maximin
  Eglise de Trêves
  Accueil de saint Athanase
La Confrérie de saint Maximin à Magnac Laval - Tél. 06 87 60 82 21 (Jean Noël Cau)